AMBRE Femme solaire

AMBRE Femme solaireChapitre I – Ambre croque la vieDe retour pour un week-end chez ses parents, elle retrouve la quiétude de son ancienne chambre. Que de rêves, que de questions, que de nuits sur internet pour comprendre…Puis Alice, ensuite Nadia et Didier, et hop, la fac, libre et femme désirable.Elle le sait, belle, elle n’a plus peur de rien, Nadia et Alice l’ont initiée dans tous les domaines, elle cherche juste à se perfectionner, pour ne pas être nunuche avec des amants plus âgés… Elle a 20 ans, conduit sa Twingo, travaille le soir dans un salon de thé, entre 18 et 22 heures… Elle gagne en assurance auprès des clientes, et des quelques hommes qui se détendent dans cet établissement de premier ordre…Le samedi soir est dévoué à la détente, au plaisir, discothèque, repas entre amis, mais une fois par mois, (Tiens, comme c’est bizarre !), elle retourne voir ses parents…C’est ainsi que par hasard, elle croise Didier, son initiateur, deux ans déjà…Il a monté une boutique, de prêt-à-porter…Il n’est plus avec Nadia, n’a jamais revu Alice non plus…Le soir même, Ambre le rejoint, ils redeviennent amants, malgré Marc, l’ami attitré à Aix que Ambre adore, gentil garçon, tendre et obéissant, très amoureux, trop amoureux…Les souvenirs reviennent, le plaisir de la première fois, ces sensations qui l’ont emportée, puis submergée… Tendresse, partage, avec Alice et Nadia, leurs échanges, leurs caresses, que de temps passé depuis…Didier est un amant merveilleux, Marc vole en éclat, elle reviendra souvent dans ce village, parfois sans sortir de la chambre, oubliant même d’aller voir ses parents… C’est la passionaria, elle en tombe amoureuse, elle veut tout découvrir avec…Elle apprend le sexe partage, le sexe coquin, l’échangisme, croisant des sentiments nouveaux, des choses qui lui semblaient interdites, la sodomie qu’elle affectionne désormais…Didier a vingt-huit ans, ils passent un été de folie, elle loge chez lui…Elle l’aide dans la boutique, elle attire du monde, ils sont éperdument amoureux…Ils font l’amour sans cesse, elle aime la découverte, le danger, découvre l’exhibition, ils rencontrent d’autres couples, elle se laisse emporter dans un tourbillon des sens… Ils sont complices, et libertins…En septembre, alors qu’elle va reprendre les cours, il part en voyage, un voyage programmé avec des copains aux Indes, elle est triste, il lui manque…Elle reprend la fac à contre-cœur, dans sa troisième année… Les choses sont sérieuses, elle retrouve sa place de serveuse au salon de thé, cherche de nouveaux amis…Elle sait que Didier ne reviendra pas, il ne s’attachera jamais…Pendant 3 mois il lui envoie des photos sur Facebook, puis le rythme baisse et au printemps, plus rien…Pendant ce temps, elle croise d’autres personnes, elle a pris un peu de poids, fait du sport, rencontre un homme marié, qui la séduit, elle en tombe amoureuse…Il en fait sa maîtresse, lui paie son studio, change sa voiture, il a plus de trente-cinq ans…Il l’emmène à Paris, à Londres, il voyage souvent pour ses affaires…Il aime son corps qui s’est embelli, devient le corps d’une femme, elle atteint un summum de plénitude, il vient très souvent le soir, ils font l’amour, la quitte repus, vidé, heureux…Homme aimant la vie et le sexe, il lui présente des gens, hommes et femmes ou couples, issus de son milieu d’affaires, et organise des soirées dans son nouvel appartement, un rêve avec vue sur mer…Ambre devient son égérie, elle a sa bénédiction, elle peut se laisser séduire, ils sont là pour ça…Elle joue le jeu, fait l’amour avec qui veut dans leurs soirées coquines, femmes et hommes, elle devient accro de cette vie de libertinage… Elle goûtera à quelques produits interdits, qui viennent sublimer ses orgasmes, perdant en vigilance, mais que le sexe est bon !…Elle tombera dans des mains peu recommandables et quand il s’aperçoit qu’elle est droguée un soir, il cesse tout ça, l’emmène dans une villa en bord de mer, chez lui… Sa femme vient de partir de la maison, il reste sa fille….Elles s’entendent et Ambre réussit à ratt****r son retard, termine son année, et réussit ses contrôles…Ambre se prélasse nue, au bord de la piscine… Myriam, la fille de Serge, son ami, vient la rejoindre…C’est rare, elle est sauvage, elle se voit en elle, dans ses dix-sept ans…-Je te trouve belle.-Tu es mignonne aussi. Tu sais, même si on ne parle pas souvent, je suis sincère avec ton père…-Je sais, j’ai vu, tu me défends parfois…-Ah, mon métier… Avocate du diable… On peut être amies tu sais, même si tout ça casse un jour, j’aime ton père, mais il aime la vie, il est encore jeune…-Tu n’es pas la première tu t’en doutes… Maman est partie il a bien longtemps et d’autres l’ont remplacée, mais pas dans mon cœur et pas dans le sien non plus… La dernière était encore là le mois passé… Je vis ici car c’est tranquille, je fais ce que je veux ou presque, il tient à mon éducation…-Il a raison…-Mais j’aime un garçon, enfin, j’aimerais le faire avec lui…-Tu es vierge ?-Oui et non…-Tu as vu un docteur ?-Je n’aime pas en parler avec lui…-Tu veux prendre la pilule ? -Ben… Je ne veux pas risquer un accident…-Tu as eu des aventures ?-Oui, avec une amie, on a découvert le sexe ensemble… Et avec un garçon, un soir, on a flirté, il m’a tripotée, léchée, c’était merveilleux et j’ai joui… Mais je veux aller plus loin… Lui, il est bien, 23 ans, étudiant, mais il va arriver… Le droit des affaires… Lou, pour Louis…-Bien !… Tu l’aimes ?-Je ne sais pas, j’ai envie qu’il me fasse découvrir l’amour, jusqu’au bout… Je veux jouir, comme les maîtresses de mon père qui râlent toute la nuit…-Tu nous as entendus ?-Un peu, une fois… Tu étais dans la piscine, je t’ai vue d’en haut… Il te baisait accoudée à l’échelle…-Oh, j’ai honte !-Non, c’est moi qui ai eu honte de vous reluquer, mais toi, tu étais si expressive, si naturelle… Je me suis touchée toute la nuit et je t’ai enviée… Tu l’as déjà fait avec une femme ?-Oui, j’ai eu des amantes. J’aime le sexe depuis ton âge environ, et depuis, j’ai fait mon éducation, tu sais… -Tu me montrerais ?-Et ta copine Sandrine ?-Oh, on se masturbe parfois chez elle, en matant un x, mais elle en est au même point que moi… Je veux tout savoir avant… J’aimerais faire l’amour avec toi, une vraie femme, une adulte, qui me montre et me dirige… Que je jouisse, car les autres n’ont pas réussi vraiment, ni garçons, ni filles… Je suis peut-être frigide…-Mais non, chérie… Demain, ton père s’en va pour Paris deux jours… On se réserve la soirée ?-Oh, tu es géniale… Jamais je n’aurais osé… Les autres étaient des bimbos, tu es si différente, si femme, si proche de nous…-Je vais en parler avec lui pour que tu voies un gynécologue…-Je t’adore…Elle me vole un baiser, soudain, appuyé, tendre, naturel…Elle s’allonge contre moi, baisse son haut de maillot, colle ses seins aux miens…Puis elle se frotte contre mon pubis, sentant le sien, doux, chaud… Et ses seins menus contre les miens… Sa langue explore ma bouche, me demande de jouer, elle ferme les yeux, en faisant glisser le bas de son maillot…Elle entend le portail et se lève en vitesse, rajuste son maillot en se trémoussant…-Je t’aime Ambre, tu es magique… Je veux être à toi avant de le faire avec un mec…Elle disparaît dans les entrailles de la villa, Serge arrive, m’embrasse…-Tu as vu Myriam ?-Dans sa chambre je pense, elle s’est baignée tout à l’heure… A ce propos, elle était gentille avec moi… On a discuté… Entre filles, tu vois… Elle a rencontré un garçon, et pense être en âge de prendre la pilule. Elle est mal à l’aise sur ce sujet avec toi… -Déjà ? C’est un bébé !-Oui, de dix-sept ans et des poussières… Le bac arrive, elle va le fêter, je trouve l’âge dans la moyenne, elle aimerait aussi quelques conseils de ma part, j’ai accepté…-Je ne veux pas paraître pour ce que je ne suis pas, mais c’est un rôle de maman, c’est vrai jusqu’à un certain point…-Maintenant les jeunes trouvent tout sur internet, s’échangent les infos, ont toute la bibliothèque des positions, et les films x à l’appui, bien plus dangereux que nos BD de l’époque…-Oui, alors si tu te charges de la guider et de lui ouvrir les yeux…-Elle les a ouverts, crois-moi, elles sont mûres avant que l’on s’en aperçoive… Elle gère ses tourments, accepte de flirter parfois, trie ses fréquentations, évite certains excès, certains groupes connus, commence à ressentir l’appel de la nature…-Si tu le dis, mais je veux savoir les étapes, qu’elle me tienne au courant de sa vie intime, de ses fréquentations si cela doit durer, etc… Entre temps, je prendrais des dispositions pour son mois, afin qu’elle soit autonome financièrement pour les petites dépenses et ses sorties, ses habits, sa beauté…-Elle va être contente… Bon, on va où ce soir ?Le lendemain, il part vers 10h00, TGV Paris…Je rencontre Myriam dans la piscine, belle comme un cœur…-Tu sors ?-Non, je me détends en vue de ce soir, j’ai hâte, j’en ai rêvé… Tu as parlé à mon père ?-Oui, un peu, enfin l’essentiel… Il est cool tu sais, et il te fait confiance sur ce plan. Sans mère, c’est délicat, les hommes sont maladroits pour parler de sexe avec une jeune ado…-C’est sûr, ils sont nases et veulent nous garder en cage…-Non, ils veulent que tu comprennes ce dont ils ont peur… De te perdre, de te voir malheureuse, souffrir, rencontrer des gens vicieux, malsains, peur que tu ne te rendes pas compte de la réalité. La méchanceté est partout, et le vice se cache dans les plus beaux habits, les plus belles demeures, et les voitures de sport, la vie facile et les plus beaux yeux du monde cachent le mal des mâles…-Oui, je sais cela… Je ne sors jamais seule, et si je le fais, on sait où et avec qui …-C’est cela qu’il aimerait systématiquement… Savoir… En contrepartie, il augmentera ton argent de poche et débloquera d’autres sommes ponctuelles pour tes sorties et tes habits… Le meilleur pour la fin ? Il me fait confiance, et si tu veux, désormais, je serai là pour t’aider pour tous tes problèmes intimes…-Oh, je sens que je vais t’aimer toi, et dès ce soir, ce sera toi qui centraliseras mon agenda…-Oui, mais moi, je suis plus finaude, alors si tu me mens, adieu la confiance, la mienne en premier… OK ?-OK, madame… Tu as raison, je sais… J’ai eu des exemples autour de moi, des filles emmenées, violées, exportées comme putes, droguées… A l’école on en parle, en fac, c’est monnaie courante, elles se libèrent de la pression familiale et baisent avec tout ce qui se présente…-On edirne escort a toutes eu nos moments de doute, notre besoin irrésistible de connaître l’amour physique, de se libérer des chaînes parentales, de se sentir enfin femme, de s’épuiser dans les bras d’un garçon, une nuit de sexe, dans toutes les positions, dans tous les sens… Une fois que la machine est lancée, on ne s’arrête plus, on enchaîne les sorties, les aventures, les risques… Toujours plus, plus nombreux, plus âgés, plus dissolus, plus jouissifs…-Oh, je ne sais pas si je suis prête pour tout…-Non, il ne faut pas brûler les étapes. Bon 17 heures ici ?-Ça me va, je vais voir les copines tout à l’heure…-Hum… Soit discrète sur nous 2…-Je comprends… J’ai 18 ans bientôt…Elle est là, affolante de beauté, coiffée, vêtue d’un ensemble 2 pièces jaune, jupe courte et haut très décolleté… Un top noir en dentelles, des escarpins, un petit sac à main…Elle s’approche, je suis sur la terrasse…-Tu es magnifique et à l’heure…-Il me semble me rendre à un exam… Passer un permis quelconque, ou un premier contact d’entreprise…-Nous allons rester dedans, le canapé est très doux et large… Ta chambre pas très loin…-On prépare un premier drink ?-Oui, je verrais bien un cocktail, fruité, peu alcoolisé, très frais… Comme toi…On choisit dans le frigo, puis on apporte le tout sur un plateau, avec vodka et whisky et quelques biscuits…-J’ai vu mon copain, Lou, il m’a caressée dans la voiture, en bas du chemin… Je suis prête…-Tu lui as dit ?-Non… Une seule fille le sait mais pas avec qui… Mon amie Sandrine… Elle est pareil que moi, c’est son cousin qui l’a caressée la première fois…-Il l’a prise ?-Non, juste déflorée, elle a saigné un peu, ils se masturbaient dans une grange… Puis elle a tout arrêté… Le lendemain, elle a été au bout, elle a senti son sperme dans sa bouche… Elle a eu peur d’aller trop loin avec lui, elle n’a plus voulu… Maintenant elle veut faire l’amour vraiment, elle veut se donner, jouir…-Tu l’as caressée ?-Un peu en voiture, dans un chemin… On s’est masturbées réciproquement… C’était chaud, on était trempées de mouille, en sueur, on s’embrassait comme des folles, et on a joui, écartelées sur le siège arrière…C’est moi qui lui donne le premier baiser… Elle me répond immédiatement, se love contre moi, je défais son haut, quitte la jupe, elle n’a pas d’autre sous-vêtement qu’un string ridicule… Elle me déshabille à mon tour, je me suis levée, je dégrafe mon soutif, et me tourne vers elle… Je baisse ma culotte en la regardant droit dans les yeux, nue comme un ver…-Viens dans la chambre, ferme en bas… Je ferme le portail du garage et la porte d’entrée…Elle s’approche de moi, droite, presque aussi grande, relève son visage vers moi…-Tu es belle Ambre… Je me sens bien contre toi… En sécurité… Apprends-moi l’amour, tout, celui des filles, celui des hommes, fais-moi jouir…-Tu es adorable Myriam, gracieuse, aux formes épanouies, tes seins pleins, tes hanches de jeune sportive avec de longues cuisses… Ton pubis rasé ajoute à ta candeur, et tes cheveux encadrent ton beau visage clair…-Viens, embrasse-moi, je vais t’aimer, ce soir, toute la nuit, tu vas me faire femme…Au milieu du lit, je me couche contre elle, une main sur un sein, l’autre dans son cou, et nos baisers nous transportent vers un nuage de coton, elle souffle dans mon cou, se trémousse contre moi… Je me baisse et capture un sein, mes lèvres sur son téton, la prennent en défaut, elle gémit, ondule… Mes mains massent ses globes, les tétons durcissent, elle ouvre ses cuisses, ma tête en profite, je me glisse entre ses jambes, lui offre ma vulve et prend la sienne, en 69 parfait…Elle n’ose pas, puis sa langue explore, avec un doigt, je plonge en elle, glissant ma langue sur ses trésors qui prennent vie, qui s’ouvrent de désir, elle s’écartèle, son clitoris vibre sous ma langue, ondule son plaisir, se soulève, mes lèvres lui donnent le LA… Elle jouit… feule comme une chatte, soulève son bassin vers moi…Elle reproduit ma caresse, et c’est moi qui gémit… Lentement, en chœur, nos corps se détendent, se donnent, s’ouvrent…Son intimité est douce comme une fleur mystérieuse, elle sent la fraîcheur des bois, la nature, je lape le nectar qui s’échappe sous mes doigts, en parcourant sa vallée, glissant sur les grandes lèvres, revenant vers la grotte ouverte de désir de jeune pucelle, baignée de tendresse…Son petit trou encore tout neuf, rosé, puis l’entrée de la grotte, tandis que ses doigts se sont glissés furtivement en moi…-Suis ton instinct de femme, fais-moi ce que tu aimerais…Je plonge une première phalange, les chairs s’ouvrent, elle gémit, doucement, feulement de louve, sauvage, qui emplit la pièce… J’ai envie d’elle, mes yeux contemplent cette sublime intimité, à quelques centimètres, ma langue s’agite, lui donnant des frissons, elle plonge un doigt dans mon vagin, petit sexe dressé, lentement tournoyé, elle a eu des exemples ou des conseils…Moi aussi j’en suis presque au fond et ressors mon sexe digital… Elle râle…Je le replonge, il est trempé, il glisse en elle… Je commence une valse, tourne et enfonce deux doigts par des vas-et-viens plus rapides la portant à un premier stade, elle jouit pleinement…-Oh, oui… C’est bon… Encore… Je le sens bien, prends ma chatte, fourre-la avec ton doigt, comme une bite, ouvre-moi…Elle se contorsionne de désir, de plaisir, elle m’a délaissée pour quelques instants, alors je me présente devant sa bouche, détrempée de désir…Sa langue me fouille, puis se fait langue de velours, et je jouis sans complexe, écartelée devant elle…-Oui, tu es douce, viens… Toi aussi donne-moi ce plaisir de femme, cette douceur et cette tendresse…A tour de rôle, nous faisons le tour des positions, j’en suis à trois doigts dans son vagin… Elle jouit plus profondément, d’un cri rauque, en massant ses seins, comme nous aimons souvent le faire…Je jouis de ses baisers si doux, sa langue qui me titille le clitoris et déclenche mes orgasmes…Nous faisons une pause vers 19 heures… Apéritif, whisky orange, pour elle orangeade avec une tombée de vodka…Puis nous ouvrons un sachet de chips…Elle est nue, étendue sur le son lit… Elle me sourit…-C’est bon, Ambre, tu es si gentille, si désirable, tu es ma première véritable amante…-Attends, le meilleur arrive, des gestes féminins, lesbiens, tendres et doux…-Oui, viens, montre-moi… Emporte-moi dans ton monde, je veux tout connaître ce soir…Je m’allonge sur elle, sexe contre sexe, nos seins imbriqués, et je me frotte contre son pubis, prenant ses seins dans mes paumes et les massant tendrement…Elle me caresse en jouissant, se tortillant sous moi, venant glisser une cuisse entre les miennes, nos sexes collés, ouverts, son mont de vénus proéminent s’emboîte dans mon intimité, elle sent ma vulve s’ouvrir contre la sienne… Je feule, je jouis, elle ondule lentement, partageant cette caresse, puis elle se redresse, contre moi, face à face, nos sexes se touchent, on se frotte, on délire, on jouit en grandes vagues, on râle, on explose d’un orgasme mutuel, si puissant, si féminin, si intime…-Oh que c’est tendre et profond… J’ai joui avec toi… Tu es une liane…-Tu es belle, tu aimes l’amour… Je veux être ton amie maintenant, ta confidente, tout…-Oh, oui, je ne veux pas te perdre… Je t’imagine si souvent avec Serge, léchant sa bite, la salivant dans ta gorge, criant ton plaisir quand il te la plante, à grands coups de reins, puis que tu le chevauches, enfouissant son sexe dans ta chatte en cadence, gémissant ton plaisir, puis pleurant de bonheur quand tu le sens exploser dans ton ventre…-C’est exactement ça, ma douce… cette sensation que tu vas découvrir bientôt, cette vague de plaisir qui te submerge et te porte à t’extérioriser d’être prise, de faire un bébé, et sentir le sperme chaud dans ton vagin… Un moment merveilleux, un summum entre deux amants, sans artifice, le sens premier de l’amour…-Tu en parles bien, mais tu n’as pas eu d’enfant… Tu es jeune, tu en veux ?-Oui, j’en veux, être mère c’est le plus beau cadeau du monde pour une femme, concevoir, mettre au monde…-Serge a de la chance, tu es une belle personne, sensée, équilibrée, magnifique et sensuelle… Généreuse en plus… Je suis bien avec toi…-Moi aussi. Tu as aimé ces caresses ?-Bien sûr, j’ai compris la douceur et la tendresse, mais les hommes sont plus rapides, impatients, ils sont virils et puissants, ils peuvent nous faire mal…-Il faut les calmer parfois, on est deux pour faire l’amour, enfin à la base…-Oh !… Tu as connu le reste alors, d’autres partenaires, en même temps, la sodomie ?-Oui, j’ai découvert peu à peu, seule, avec mes amants d’un soir, des amis, souvent le même. J’ai été initiée comme toi par la sœur d’une amie, avec son mec qui nous a déflorées… C’était super, Alice était comme moi, on avait regardé, essayé, puis sa sœur la voyant proche de le faire, a préféré demander à son copain… Et voilà, à Sète, dans un hôtel, tous les 4…-Tu as eu mal ?-Pas du tout, il était très doux, prenait des précautions, il m’a prise en premier, a joui en moi, puis avec Alice, après un peu de repos, puis après avec la sœur, devant nous dans sa chambre : on avait eu le son, la veille, cette fois on a eu l’image, de A à Z, fellation magique, baise de folie, sodomie, on était là pour sucer, lécher, la caresser pour ma part… On a refait l’amour toute la nuit avec Alice, puis moi avec sa sœur Nadia, plus expérimentée, plus femelle… Puis Didier au matin, tout le monde endormi, il m’a sodomisée pour la première fois sur la table de la cuisine… Notre secret… J’ai joui de le sentir me préparer, me lécher, je sentais son doigt, puis il s’est avancé pour me prendre, si doucement que je n’ai pas eu mal… On s’est revus deux ans après, et on est redevenu amants pendant trois ou quatre mois, j’étais étudiante à Aix… Là, il m’a présenté d’autres couples, on partageait tout, amis, maris, amants… Parfois ils nous prenaient à deux, un devant et un derrière… C’est délicieux quand c’est entre amis, et bien fait… C’est pour ça que Serge m’aime bien, il a fait pareil, il m’a présenté ses amis, ses partenaires de travails, ses clients, on le faisait chez moi l’an passé avant qu’il ne m’installe ici…-Non ?-Si ! Tu ne dis rien OK ? J’aime ces soirées, avec des femmes et des hommes plus âgés, expérimentés, qui se mélangent, qui donnent libre cours à leurs bas instincts… Le sexe… J’y ai eu des moments intenses et palpitants…-Mais tu as fait la pute escort edirne ! Pour lui ! Pour ses affaires !-Un peu, mais rassures-toi, je ne l’aurais pas fait si je n’avais pas aimé… Son cercle d’amis est respectueux et bien sous tous rapports… J’ai pris mon pied tous les samedis à les recevoir, à m’offrir à eux devant Serge… J’ai même connu un africain, avec un burin de 25 cm… Etouffant dans la bouche et ça remue entre les fesses, je t’assure…-Ça rentre ?-Certainement, et bien même, sauf dans la bouche, c’est difficile, il faut se mettre à deux…-Oh, oui… Un homme des îles… Qui m’explose la chatte… Tu me fais rêver…-Si tu es sage, un jour, plus tard, on pourrait essayer de baiser avec deux mecs bien montés et nous les échanger… Didier adorerait ton corps de nymphette, et pourfendre ta petite chatte…-Et dilater mon petit cul, en me faisant crier de bonheur…-Coquine, tu vas devenir une sacrée salope… Comme moi…-Oh, non, tu es une super nana, une vraie, jeune, jolie, sensuelle et libertine, tu ferais une divine belle-maman… J’aimerais te ressembler plus tard… Apprends-moi les hommes, apprends-moi à être garce, à les vamper, à les baiser, à prendre leur fric et en profiter… Apprends-moi ce que tu as accepté de mon père. Il fallait que tu l’aimes pour le faire… Tu mérites ta place avec nous…Au matin, elle est endormie à mon côté… Sous le drap, mes caresses la réveillent…-Déjà ?-Il est bientôt neuf heures…-Oh, quelle nuit !… Je me sens autre… Tu m’as appris l’amour, la tendresse, le plaisir. J’ai joui de partout… Certes il manque quelque chose…-Tu le découvriras assez tôt, je t’ai préparée, de tous côtés… Tu n’as pas mal ce matin ?-Non, tout est en place, tout est content, prête à recommencer…-Oh, coquine… -J’ai gagné une amie je crois, avec toi… Je ferai ce que tu m’as dit… Tu es heureuse avec mon père ?-Oui, j’ai tout, il est tendre, viril, gentil, amoureux…-Tu veux être ma belle-mère ?-Oh, pas encore… Je suis sauvage et libertine, tu l’as dit…-Merci pour tout… On le refera, juste par plaisir ?-Oui, si tu en as envie…-Tu n’en n’as pas envie ?-Je n’ai pas dit ça !-Viens me caresser sous la douche !Elle sautille hors du lit en jubilant, et nous flirtons de nouveau, dans la chaleur de la douche, elle me nargue, puis m’embrasse, et nous nous caressons comme deux ados…Le dimanche est jour de repos… Serge va arriver ce soir… Il est tôt et je viens de dîner léger, salade composée et verre d’eau, yogourt de chèvre, je me sens bien, détendue, cette fille sait y faire… Elle est douée, arrivant toujours à ses fins…Elle rentre en milieu d’après-midi…-Tu sais, je viens de chez mon copain Lou…-Et ?-On a flirté, vraiment bien… Longtemps… Il voulait le faire… J’étais prête, amoureuse, humide, j’ai senti son sexe vibrer dans ma main, puis grossir dans ma bouche… Il me guidait, tout en me souvenant de tes conseils, passant ma langue sur sa hampe, léchant le gland en tenant ses bourses, refermant mes lèvres, puis glissant jusqu’en bas, puis le ressortant lentement… Il grognait… Je ressentais le désir en moi, ma chatte picotait, je me suis caressée, alors il l’a ouverte avec sa langue, puis il m’a mis le feu… Je gémissais, je me sentais partir, m’envoler, j’étais bien, ses doigts remplaçaient les tiens, sa bouche, et sa langue, imitaient les tiennes… Je m’offrais alors, ouverte, abandonnée, relevant mes cuisses, mon abricot juteux prêt à perdre son innocence… J’ai senti son sexe à ma porte, me pénétrer doucement, glisser dans mon fourreau…J’attendais…-Et ?-Je me suis réveillée au bord de la piscine, trempée, il regardait la télé au salon, la course de formule 1…. -Ma chérie… Il ne faut pas… Cela viendra… Pour l’instant, il attend que tu sois majeure… -Je suis partie de colère, de honte de moi, je te voulais…Le soir, elle me confia qu’elle aimerait que je sois avec elle ce jour-là, le jour de ses dix-huit ans, comme pour mon amie Alice, avec Didier…Eh bien, ce jour arriva…J’étais toujours amoureuse de Serge, qui me vénérait et me comblait d’attentions depuis que je m’occupais de l’éducation de Myriam…Nous nous étions rendues ensemble, chez mon gynécologue, et tout s’était bien passé, il avait fait un frottis pour contrôle, et avait prescrit une pilule facile à supporter et adaptée à son âge…Elle avait fêté son anniversaire dans un grand restaurant, entourée de nous et de quelques amis, dont son fameux copain Lou qu’elle présenta à son père.Ensuite, ils devaient aller en discothèque…Quand elle sortit du restaurant, une voiture l’attendait, empaquetée avec un gros ruban et une carte d’anniversaire signée « Serge et Ambre, pour Myriam »…Elle s’est mise à pleurer de joie, ne voulant plus nous quitter…Ils partirent avec leurs amis, après avoir vidé une autre bouteille… J’ai pris la clé de sa voiture par précaution et suis allée la garer à la villa, puis Serge me conduisit au bateau, où quelques amis nous attendaient à bord…Nous avons passé la nuit à boire du champagne, à refaire le monde, Marie et Franck, avec Colette et Lilian et Edwige et Jordan… 3 couples dans la trentaine, des vieux pour moi…Lorsque Franck m’invita à danser, je quittais mes chaussures. Marie se jeta dans les bras de Serge, Edwige invita Lilian, et Jordan enlaça Colette…Nous avions souvent parlé de sexe Marie et moi, regardé des films érotiques avec nos compagnons. Une fois nous dansions au salon, un peu imbibés d’alcool, Franck avec moi, Marie avec Serge, on a commencé à flirter … J’appréciais ses caresses, sa femme celles de Serge… Nous étions tacitement d’accord et commencions à nous manifester, largement dénudées, allongées sur les fauteuils… Je jouissais doucement, en sentant le sexe me prendre…Myriam s’était réveillée et descendait les escaliers en claquettes… Nous avions cessé nos jeux immédiatement, ils étaient partis peu après.Franck avait demandé à Serge de reproduire cette soirée, sans sa fille… Serge avait émis l’idée de refaire cela au bateau avec d’autres couples et Franck n’avait pas dit non…La soirée était celle-ci, suite d’anniversaire, bel anniversaire, Myriam était heureuse et m’avait glissé que son père partait le lundi pour 3 jours… Elle avait hâte…Franck me serrait contre lui, Marie regardait Serge dans les yeux, les deux couples s’embrassaient et commençaient à se caresser…Je passais mes bras autour de son cou, ses mains glissaient le long de mon corps, sur mes hanches, j’ai senti la chaleur de son sexe contre ma cuisse… Marie était pendue à Serge qui ne se privait pas de découvrir son corps…Son baiser me surprit, sa langue glissa contre la mienne, tandis que nos compagnons s’embrassaient…Les deux autres couples étaient allongés dans le canapé du grand carré, déjà très dénudés, poussant leurs premiers soupirs …Serge proposa que nous allions dans les 2 cabines, plus confortables et intimes, pour continuer cette soirée libertine… Il apporta des boissons à discrétion, champagne, biscuits, café, etc… Il nous invita à nous mettre à l’aise dans la salle des cartes, puis j’entraînais Franck dans la grande cabine…Je le poussais sur la couchette, prit sa grande queue chaude dans ma main… Ma bouche se posa sur le gland, ma langue commença une valse, tournant, tournoyant, virevoltant puis mes lèvres prirent le relais, tandis que ses mains prenaient mes seins, pinçaient les tétons dressés, je cédais en un clin d’œil, me retrouva assise sur sa queue dressée entre mes cuisses, et me l’enfonça lentement, nous fondant l’un dans l’autre…-Enfin, j’ai dû patienter tant de temps…-Et moi donc, j’ai rêvé de toi toutes les nuits…-En baisant ta femme ???-Oui…Marie feulait à nos côtés, emportée par le membre de Serge qui la pourfendait, écartelée…Puis il la prit en levrette, elle commenta son plaisir. -Oh, oui… Fourre-moi Serge, viens me baiser… L’autre soir on était bourrés… Là je te sens en moi, je jouis de ta queue Serge, j’aime baiser Serge… Viens ! Regarde-les, ils font pareil, on aime le sexe Serge, Franck la placarde sur la couchette et elle meugle son plaisir… Allez Serge, défonce-moi aussi…Son mari, jaloux de la voir et de l’entendre délirer ainsi, me fit la même chose, et je jouissais à mon tour, défoncée par ses aller-retours déments, en geignant sans retenue…On entendait des râles sourds provenant de l’autre cabine, puis des cris étouffés, des gémissements de chatte en chaleur, et des bruits de succion…L’ambiance était à son comble, une sorte de fièvre sexuelle envahissait le voilier, nous nous libérions, en voulant encore plus de sexe, après chaque orgasme…Serge sortit de la pièce, Marie vient sur moi, m’enlaça, caressa mes seins, m’embrassa, Franck la sodomisa, pilonnant son magnifique petit cul…Je ressentis chaque caresse, chaque mouvement, chaque orgasme, partageant les coups de reins de son mari, jusqu’à l’extase finale…Il me prit ensuite, ouvrant ma porte sans effort, plongea en moi, et me besogna sous le regard de Marie, écartelée contre ma bouche… Je sentis quelqu’un dans notre couche, Marie écarquilla ses yeux ronds, elle les ferma en gémissant, une première fois sans doute, l’un de nos amis libertins…Franck m’abandonna, un autre se glissa derrière moi, ses mains prirent mes seins et les massèrent tendrement, devant moi Marie s’était liquéfiée, me regardant, emportée par le rythme des assauts qu’elle subissait…Mon vagin fut de nouveau sollicité, visité par une longue queue douce, pénétrante, insidieuse, et je perdis mon âme en jouissant de ses bienfaits…Nous découvrons nos assaillants, ivres de sexe… C’étaient bien les deux nouveaux, libertins et très actifs…Ils désirèrent se désaltérer avant de changer de partenaire et nos râles remplirent de nouveau la cabine, je me permis de prendre le contrôle et de me fourrer avec la bite énorme de mon partenaire de jeu… J’en jouis longuement, multipliant les positions indécentes, ce qui aboutit irrémédiablement, à se déverser en moi, emporté par ma cavalcade finale…Marie me prit dans ses bras, dans la couchette désertée par nos amants… Les hommes étaient repus, dormaient un peu partout, et nos copines, Edwiges et Colette nous rejoignirent, heureuse de se détendre et de faire notre connaissance…Que de sexe encore, que d’envolées lyriques, je n’avais plus de voix, mais j’étais aux anges d’avoir été honorée par un quatuor en rut, avec autant de naturel, de respect et de tendresse, puis d’avoir échangé avec ces 2 adorables sirènes, lesbiennes et pacsées qui partageaient leurs passions avec 2 libertins de leur âge… Nous edirne escort bayan avons fini dans la soirée, allongés tous ensemble dans le carré, avec des coussins, nonchalamment étalés, nous restaurant de petits fours et autres mignardises, en buvant du rosé bien frais, en libre-service (Le rosé seulement ?)…On se sépara tard dans la nuit, je retrouvais la villa, Myriam dormait dans sa chambre et je reçus un SMS sur mon portable :-Mercredi, papa va à Paris, si tu es d’accord, Lou nous attendra chez lui, c’est plus tranquille…Chapitre II – Ambre, solaireJe mis bien deux jours pour récupérer de ma nuit, traînant autour de la piscine en cette fin septembre… Serge m’avait mise au courant de son absence de mercredi. Il rentrerait tard le soir ou au matin, s’il ratait le dernier TGV…Il me tenait toujours au courant de son emploi du temps, qui changeait parfois d’heure en heure.Il était ravi que j’aie apprécié ces 2 nouveaux couples. Ils étaient bretons et amis, et ne venaient que pour les réunions mensuelles dans la région.Quant à Marie et Franck, ils étaient conquis. Notre première fois était réussie…Franck qu’il avait eu au téléphone dans la matinée de lundi, travaillait pour une agence de publicité. Marie nous remerciait, et avait glissé « à refaire chez nous… ». Serge appréciait Marie pour sa discrétion, sa beauté, son esprit. Il omettait sans doute quelque chose…Elle m’appela le lundi matin, nous remerciant d’avoir organisé cette soirée qu’elle avait apprécié, bien dans l’esprit qu’elle espérait, des échanges juste sexuels, entre amis, en toute simplicité et sécurité… Elle aimerait m’inviter un jour, à midi, que l’on puisse bavarder et échanger entre femmes… J’étais charmée, bien sûr, cette blonde de 38 ans m’impressionnait, moi, jeune femme de dix ans sa cadette, perdue dans ce milieu bien supérieur à mes origines… Elle était nature, simple, comme je l’étais plus jeune, on se ressemblait sur pas mal de points. Elle avait en plus ce regard, cette assurance, qu’on acquiert qu’avec la vie…Son Franck, force de la nature, gentil et tendre avec elle, très chaud avec moi. Le courant passait entre nous, nous plaisantions souvent tous les 4, et aimions rire, manger et boire ensemble, nous retrouver tous les mois environ… On peut rajouter baiser maintenant…On avait évoqué une sortie tous les quatre, un week-end détente, ou une croisière… Pourquoi pas la Corse, notre voilier et les compétences de nos hommes le rendaient possible…Mercredi approchait, déjà demain, Serge avait préparé ses affaires à l’entrée…-Tu seras sage ?-L’ai-je jamais été ?-Avec moi, non, sans moi, je ne sais pas…-Je m’occupe de ta fille, que j’adore entre nous sois-dit…-Elle me l’a dit en me remerciant pour sa voiture… Elle m’a parlé aussi du gynéco… Elle est rassurée, tu es une maman pour elle… Merci chérie… Un long baiser…-Tu la surveilleras de loin ? Si tu peux ?-Mais oui, elle veut qu’on aille faire les magasins ensemble… Tu vois, on a de plus en plus de relationnel, et pour moi, elle l’est… Une amie avant tout, elle aime ça.Au fait son copain est un garçon bien, j’ai parlé avec lui au restaurant. Il sait ce qu’il veut, attendra, ils s’adorent…La villa de Lou, enfin celle de sa tante, partie à l’étranger pour 2 ans, nous accueille…Lou nous fait visiter, puis nous sert à boire au salon.La maison est agréable, Serge parle un peu de lui, puis prend Myriam dans ses bras…Ils s’embrassent, elle est heureuse, il lui parle à l’oreille. Il nous indique sa chambre…-C’est dur de faire ça sur commande…-Justement, je suis là pour vous aider…On se met à l’aise, on s’allonge, Myriam avec moi… -Lou, laisse-nous 5 minutes…Je la prends dans mes bras, elle me sourit, ôte son haut, fait glisser sa jupe… Je défaits son soutien-gorge, fais glisser sa culotte, elle m’invite contre elle…-Tu es belle, je suis énervée… Je vais le faire… Il va me prendre… On a parlé hier, il m’aime… Moi je ne sais pas… Mais ça, je le veux… Embrasse-moi…Notre baiser est tendre, doux, je la sens se détendre, je caresse ses seins pointus, glisse ma main entre ses cuisses, tandis qu’elle me rend mon baiser, elle se soulève vers moi, ouvrant son sexe à ma main… Elle est déjà trempée…-Oui, je t’aime et tu me fais fondre chaque fois que je te sens, que je t’embrasse…Mon doigt glisse dans sa vallée, son vagin est déjà ouvert, son clitoris n’attend qu’un effleurement, un souffle, pour s’ériger…Elle est prête, je rabats le drap sur nous, je ne me suis pas déshabillée, gardant tee-shirt et pantalon…Il est là, je lui fais signe, il s’approche… -Elle est à toi, elle est prête, elle t’aime, sois doux et tendre…. Tu l’as déjà fait ?-Heu, une fois… -C’est parfait… Déshabille-toi, n’aie pas peur, je ne te violerai pas…Son sexe apparaît, tendu, fier, manquant encore de punch… Il est musclé, cheveux courts, il est beau… Je la comprends… Il s’allonge, je m’assieds sur le fauteuil…Elle est belle, ses cheveux étalés, son corps blanc sur les draps fleuris… Ils s’embrassent, elle se love contre lui…Sa main glisse vers le sexe de Lou… Elle la prend, la pose sur son ventre, il suce ses seins, les caresse, les masse, sa langue glisse, descend, elle le lâche, s’ouvre, il soulève le bassin, elle se donne, écartelée… la langue savoure la chatte éplorée, goûte le nectar de cette jeune fille… Elle vibre, se retient de crier, puis n’en peux plus, et se lâche, gémit, parle, le veut…-Oh, oui… C’est bon, Lou, viens, je t’aime, prends mon innocence, fais-moi femme.Il la porte au supplice, léchant çà et là, puis savourant le clitoris, petit sexe dressé, boursouflé de désir…Ils s’embrassent tendrement, elle veut l’honorer à son tour, s’allonge contre lui, le caresse, caresse ses bourses et sa langue titille le gland, parcourt la longue hampe, et sa bouche se referme. Tendrement, lentement, ses lèvres glissent jusqu’au bas du sexe…Il a fermé les yeux, pose une main sur la tête de la jeune femme, lui imprime son rythme…Elle l’accompagne loin, très loin… Il se retient, puis l’arrête…Il est droit, tendu, rouge d’impatience…Il s’installe entre ses cuisses, empaume ses seins de nouveau, caresse, embrasse, il lui parle, elle répond « oui…Elle relève son bassin, tremblante, lui présente son intimité ouverte, offerte, magnifique…Le membre arrive au contact, le gland ouvre la voie, il pousse, elle gémit…-Viens… Prends-moi…J’ai passé ma main sous ma culotte, et ne peux que ressentir ce qu’elle éprouve, ce désir infini, cette soumission au plaisir, soumission à l’homme…Il la pénètre…-Ambre, viens !Le sexe glisse, je m’approche, jean ouvert…-Il me prend, il me baise enfin… Embrasse-moi, je vous aime tous les deux…La verge entre et sort en cadence, lentement, il attend, précis, puis pousse en elle, la portant à jouir encore et encore… Elle aime ces pénétrations incessantes, nos lèvres sont soudées, je le sens vibrer de plaisir, se détendre encore, pousser son bassin, pour mieux le ressentir…-Oh, j’ai joui… C’est bon ! Tourne-moi, viens…Elle s’offre en levrette et il la reprend… Augmentant sa cadence… Elle le laisse faire en râlant…Je prends ses seins dans mes mains, il me rejoints, on se regarde, il me sourit…Je glisse ma main dans ma culotte et recommence… Je suis trempée… Inondée…Elle est submergée par un premier orgasme, tandis qu’il la pilonne…Je fais glisser mon Jean et ma Sloggi, me glisse sous elle, et lui présente ma chatte détrempée, ouverte…Elle me suce, me fait délirer, il devient fou…Myriam jouit, me fait jouir…Elle le renverse, monte sur lui, et s’embroche… Lou m’appelle, elle me veut, j’enjambe sa tête, et colle ma chatte sur sa bouche… Il me fait délirer, m’emporte, Myriam retire mon haut, libérant mes seins, qu’elle lui présente, lui offre, je déblatère des mots sans suite…On tombe sur le lit, enchevêtrés…Myriam s’allonge sur Lou, il la reprend, enfonce son dard… Elle soulève une cuisse, le sens pénétrer…-Oui, viens ! Maintenant ! Oui ! Viens !Elle m’enlace, caresse ma chatte, s’offre, remontant son derrière… Elle le sent durcir, arriver…Il se libère par de grands coups de reins profonds qui la chavirent un peu plus, elle jouit sans cesse jusqu’à ce qu’il tombe entre nous, l’enlace, l’embrasse, m’embrasse… Lou l’allonge sur le dos, relève ses cuisses et regarde le sperme s’échapper doucement de la source béante… Il la boit, la savoure, la lèche jusqu’à plus soif, elle délire sous sa langue qui s’attarde dans les moindres replis, les moindres cachettes…. Je les contemple, couchée sur le côté, une main dans mon minou…Quelle belle journée qui se termine en feu d’artifice…-Merci… Merci de vos conseils qui ont fait de moi une femme…Je viens de faire l’amour pour la première fois avec mon Lou qui espérait depuis si longtemps, Lou mon ami… Tu m’aimes sans doute, emporté par l’excitation d’avoir réussi à me conquérir…Moi, je ne désirais que connaître ce tourment, et je viens de le vivre intensément, chapotée par toi Ambre…Maintenant, je vais sans doute vivre ma vie de femme, et oublier peu à peu ces émois, ce sexe qui m’a prise jusqu’au bout, parfait, doux…Elle nous embrasse, se livrant nue dans nos bras, échangeant baisers et caresses…Je veux connaître le reste… L’ivresse des sens, me donner, prendre, souffrir sans doute, jouir sans compter, je veux vivre ma sexualité avant de fonder une famille…Quelques jours plus tard, Ambre m’appelle, elle veut me voir et passe chez moi ensuite en buvant mon whisky plus que de raison…Elle l’a fait le soir, hier soir…Femme délirante, vivant la musique toute une soirée, dans l’alcool et la fumée, elle vient de connaître sa première expérience, seule, enfin, au départ…Caressée, embrassée, elle s’est livrée au fond d’un canapé, assourdie par les basses vibrantes, prise en sandwich, nue, désirée sur la piste, caressée, à en mourir de désir, elle ne pouvait que les suivre… Deux hommes, jeunes, beaux, tendres, amoureux de son corps, qu’elle leur a donné…Partagée, caressée, chacun d’un côté, elle leur a offert ses seins pour les mettre en train… Puis a saisi les deux verges tendues vers sa bouche, les honorant à tour de rôle, écartelée à leurs jeux délirants, elle s’est ouverte et a accepté de se laisser prendre, enfouir, travailler, jouir entre leurs bras, dans les brumes de la salle, elle a joui pendant des heures, les sentant devant et derrière, sans aucune douleur, anesthésiée par son plaisir…Emportée par leurs ébats avec cette jeune femme magnifique, ils l’ont couverte de leur sperme, inondée et suintante… Elle s’abandonne encore et encore à leurs mains, à leur bouche, à leurs sexes infatigables, démesurés… Elle jouit encore, en savourant deux sexes ensemble, elle pleure de joie, de vivre cela…FINMarika842010 – Octobre 2018

Leave a Reply

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir