Une nounou obéissante

Une nounou obéissanteA 18 ans, je faisis tout et n’importe quoi pour me faire du fric.Je faisais la nounou ou souvent escort-girl.Un soir, je reçois un message d’un homme pour un boulot de nounou.« J’ai besoin d’une nounou dans 20 minutes. C’est urgent, je dois impérativement m’absenter. Vous serez rémunérée 500€ pour la nuit. »Offre très alléchante et je saute à pied joint dessus. A peine arrivé sur place que le bonhomme se barre en me disant :« Votre argent est sur la commode ! Je rentrerais vers 04h00 du matin ! »Son gamin dormait déjà et je n’avais qu’à m’occuper en regardant la télé. En rentrant vers cinq ou six heures du matin, le client est pas mal éméché. Il commence par me draguer lourdement et vulgairement il me dit :« T’es super roulée ma salope ! J’te sauterais bien sur la moquette tout de suite ! »Tout en me disant ça, il me plaque au sol. Je veux m’enfuir mais il est trop fort pour moi.Il sort sa queue et en un rien de temps, je me retrouve avec son engin au fond de ma gorge. Utilisant ma bouche comme d’un sexe, il me baise brutalement.Malgré la rudesse pendik escort du rapport, j’y trouve un certain plaisir. D’autant que le mec n’est pas mal du tout. Puis il ressort de ma bouche et alors que je tente de retrouver mon souffle, il me dit :« Viens dans ma chambre salope ! »Arrivée dans sa chambre, il ouvre un placard et je suis stupéfaite en découvrant le contenu de l’armoire. Il s’y trouve tout un arsenal d’accessoires sadomaso. Là, je prends peur mais il me ferme la porte au nez et me retrouve prisonnière de ce pervers qui me dit :« T’sauve pas comme ça ! Maintenant j’vais t’faire découvrir des délices insoupçonnés pour toi petite chienne ! »Je flippe comme une malade mais comme toujours, ma curiosité et les expériences nouvelles l’emportent sur ma peur. J’avais déjà lu des histoire BDSM qui m’avaient fait mouiller. Mais là, j’allais en être la victime. L’air autoritaire qu’il arbore me tétanise. Il me lance :« A poil et assoies toi sur cette chaise salope ! »Tremblante, je me met nues et lui obéis en pensant à mes 500€.Puis il m’attaches les mains et kurtköy escort les pieds à la chaise. Je ne peux plus bouger. Il me met un bâillon qui m’oblige à garder la bouche ouverte. J’en ai mal aux mâchoires. Une fois préparée, si je puis dire, il se fout à poil à son tour et commence à se masturber devant moi. Il me prend les cheveux et entre à fond dans ma bouche. J’ai du mal à respirer car il m’étouffe avec sa queue plantée au fond de ma gorge.Malgré que j’essaye de lui faire comprendre qu’il y va trop fort, ce gros con continue de me bourrer la bouche bien profond et avec une v******e incroyable. A ces yeux, je ne suis qu’un sac à foutre. Après avoir morflé un max avec cette pipe sauvage, il sort des bougies, les allume et fait couler de la cire chaude sur mes seins. Je n’arrive pas à crier avec ce truc qui me bloque la mâchoire. Malgré moi, je sens que je mouille et la sensation de brûlure du début devient presque jouissive.Ma cyprine coule sur mes cuisses et en m’observant il me dit :« Je vois que tu apprécie le traitement ! Alors continuons ! »Il sort alors kartal escort du placard des cordes et me ligote de façon complexe. J’apprendrais plus tard que cet art s’appelle le shibari. Puis il passe la corde dans un anneau au plafond et je me retrouve suspendue, offerte, les cuisses écartée. Il me fourre ma culotte dans la bouche et commence à me fouetter le cul, la chatte et les seins. Je suis tombé sur un grand malade et j’espére que je vais m’en tirer indemne. A chaque coup, mes hurlements sont étouffé par ma culotte.Le traitement infligé par ce bourreau me fait flipper comme une malade, mais aussi un plaisir intense envahit mon corps meurtri. Toujours attachée, il ôte ma culotte de la bouche et la remplace par son membre. Il ne lui faut pas cinq minute pour me faire profiter de son sperme que j’avale jusqu’à la dernière goutte. Après une telle séance, je suis abasourdie et épuisée. Le monstre redevient gentleman et me détache délicatement en me parlant avec douceur.« Merci beaucoup jeune fille. J’espère que vous avez aimé. Je le pense vu dans quel état vous étiez. Tenez pour vos services. »Il me tend une liasse de billet et, c’est le corps tout endolori et les jambes en coton que je retourne chez moi pour m’effondrer sur mon dans un sommeil profond peuplé d’images érotiques.

Leave a Reply

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir