Une famille en Or (22)

Babes

Une famille en Or (22)Du côté de la famille, ça avance aussi.Lundi 9 septembre 1991Ma mère m’appelle ce soir pour me raconter plusieurs choses. D’abord, elle a plusieurs fois remis le couvert avec Bruno et Sève, ensemble ou séparément. Ensuite, depuis un mois et sa visite chez nous, elle a vraiment repris goût au sexe et baise à nouveau régulièrement avec mon père. Il est le premier à être ravi de ce retour de flamme, surtout que maintenant elle n’hésite plus à le sucer et qu’elle l’a enfin laissé explorer son cul et ses seins avec sa bite. Comme il va plus souvent mettre sa langue entre ses cuisses du fait de la belle épilation qu’elle entretient, elle lui a fait valoir que s’il voulait qu’elle aille plus souvent lui rendre la pareille, ce serait mieux qu’il élague un peu sa broussaille. Et il vient de le faire enfin cette semaine. Il a juste tondu son pubis assez ras et a rasé ses couilles, mais c’est déjà mieux.Du coup, il ne regarde plus du même œil le fait qu’elle et ma sœur soient le plus souvent en string. Il n’a même pas trop protesté quand Bru a finalement osé mettre le string de Ju que je lui avais laissé lors de ma dernière visite. Il y a une semaine, alors qu’ils se prélassaient au soleil dans les transats, ma mère a constaté que ses yeux trainaient sur les fesses de Sève qui était allongée sur une serviette. Comme son short de bain faisait une belle bosse, elle l’a lancé sur le sujet:— Tu as vu comment Sève a fondu depuis quelques mois?— Euh oui, c’est bien qu’elle fasse enfin attention à sa ligne.— Avec sa taille plus mince, on se rend mieux compte qu’elle a un beau cul, non?— Euh…oui, c’est vrai.— Et tu as l’air de l’apprécier, mon cochon…Mon père n’a pas su quoi répondre et ma mère lui a fait un clin d’œil. et depuis, ma mère et ma sœur s’amusent à le provoquer régulièrement tout en prenant soin de ne pas y aller trop directement, comme si elles ne le faisaient pas exprès et ça le chauffe bien, à voir les érections qu’il arrive difficilement à leur masquer. Et ma mère en retire le bénéfice direct le soir dans leur chambre.Mardi, elle s’est lancée à mettre en pratique un truc que je lui avais raconté. Elle attendait un colis qu’elle avait commandé, et quand ça a sonné, elle est allée voir par le judas si c’était bien le facteur avant d’ouvrir. Comme elle s’était déjà bien chauffée en accordant une pipe express à Bru avant qu’il parte en classe, elle a ouvert avec seulement une serviette autour d’elle. Evidemment, en prenant le colis à deux mains la serviette s’est défaite.Elle ne s’est pas démontée, elle a juste balbutié quelques excuses en faisant mine de se cacher un peu derrière le trop petit colis, est allée le poser sur un meuble pour montrer aussi le côté pile, puis est revenue ramasser la serviette pour simplement la tenir à la main sans rien cacher en disant au facteur en le raccompagnant à la porte:— Au point où on en est, ça vous fera un beau pourboire…Le soir, mon père étant dans la cuisine, ma sœur est revenue de la salle de bains pour prendre une boisson dans le frigo, avec juste une serviette autour de la tête et une autre pas trop grande autour de la taille. Evidemment, la serviette est tombée au moment où elle se retournait face à mon père avec la canette à la main. Elle a fait mine d’être surprise et a mis d’abord la canette devant son triangle, puis s’est penchée, faisant balancer ses gros nénés sous le nez de mon père, et a ramassé la serviette pour se cacher sommairement derrière et sortir tout en s’excusant. Du coup, elle a aussi exposé son côté pile à mon père.Mercredi midi, ma mère était seule avec Sève et elles ont fait le coup de la pizza. Quand ma mère a ouvert la porte, juste entourée d’une serviette, elle a hésité à continuer quand elle s’est rendue compte que le livreur était le fils des voisins trois maisons plus loin dans la rue. Il l’a aussi évidemment reconnue et quand elle lui a fait part de sa surprise de le voir, il lui a appris qu’il venait de prendre ce job pour les mercredis et samedis histoire de se faire un peu d’argent de poche. Voyant qu’il essayait de mater discrètement le téton qui commençait à s’échapper par le haut de la serviette, istanbul escort elle a fini par se lancer tout de même. Elle a donc pris le carton pour aller le poser sur la table basse et prendre le porte-monnaie. Dans le mouvement la serviette s’est détachée comme prévu, dévoilant ses fesses. Elle l’a récupérée et s’est vaguement drapée dedans en s’excusant. En farfouillant pour chercher l’appoint, la serviette s’est ouverte, montrant presque entièrement le côté face au jeune voisin. Cette fois, elle a juste dit:— Oh et puis zut, maintenant que tu as tout vu, faisons plus simple…Et elle a posé la serviette pour libérer ses mains, dévoilant tout. C’est la phrase qu’attendait Sève dans le couloir pour se pointer à poil comme prévu:— Alors, tu attends que la pizza refroidisse?C’est là qu’elle a aussi reconnu le livreur, marquant un temps d’arrêt. Mais elle a finalement trouvé ça encore plus amusant et elle est s’est approchée en disant:— Tiens, salut Matthieu! C’est toi le nouveau livreur de pizzas?— Euh oui, je viens de prendre ce job en renfort. Ça me fait un peu d’argent de poche.— Très bonne idée!— Euh, ça vous dérange pas d’être toutes nues devant moi?— Oh non, pas du tout, nous sommes naturistes. Et toi, ça te gêne?— Euh, ça fait bizarre, mais bon…— Eh bien maintenant, tu le sais! Mais pas un mot à qui que ce soit. Promis?— Promis.Il ne savait plus où donner de l’œil, surtout avec leurs épilations assez radicales, mais ma mère l’a réveillé en le dirigeant vers la porte et il est finalement parti. Du coup, elles ont appelé ma tante pour lui raconter, et elles ont décidé de refaire ça ensemble le samedi.Le soir mon père est rentré tard comme tous les mercredis, vanné de sa journée et il est parti se coucher directement, ayant mangé sur place avant de rentrer. Il n’a même pas eu un mot sur le fait qu’il étaient tous les trois juste en string dans le canapé pour regarder la série à la télé. Ma sœur n’a pas tardé à aller au lit, laissant ma mère seule avec mon frère. Comme Sève avait laissé échapper ce qu’il s’était passé à midi, Bru a demandé des précisions à ma mère. Elle lui a tout raconté, et outre le fait qu’il regrettait de ne pas avoir été là, ça l’avait assez excité pour que sa bite sorte du string. il a commencé à s’astiquer en demandant à ma mère de s’en occuper et elle a commencé à le branler doucement pendant qu’il lui caressait les tétons. Mais elle s’est arrêtée car elle avait peur que mon père ne soit pas totalement endormi. Donc elle est allée se coucher en laissant en plan malgré ses demandes.Un moment plus tard, elle était déjà assoupie, sur les draps car il faisait trop chaud pour se mettre dedans quand elle a senti une main lui caresser un téton. Elle pensait que mon père s’était réveillé, mais elle s’est soudain rendu compte qu’il ronflait un peu à côté d’elle et qu’il y avait un bruit caractéristique de branlette près de son visage, sur le côté du lit. Elle a ouvert les yeux et a réalisé que c’était mon frère qui était debout et se masturbait en la tripotant, avec mon père dormant de l’autre côté. Elle a essayé de le raisonner, mais il a continué, descendant ses caresses vers son triangle.Comme la situation commençait à l’exciter elle aussi, elle lui a murmuré de retourner avec elle au salon, mais il a insisté pour rester là, lui proposant son gland contre ses lèvres. Alors elle s’est laissée caresser le clito tout en prenant le relais avec sa main sur la bite de mon frère. Mais quand il a voulu monter sur le lit pour la baiser, elle a eu peur que ça finisse par réveiller mon père et lui a proposé de le sucer à fond. Elle s’est donc assise au bord du lit et l’a pris en bouche. La situation était tellement tendue que mon frère n’a pas tenu longtemps avant de tout lâcher dans sa bouche. Elle a tout bien avalé pour éviter qu’il n’y ait du sperme sur les draps, puis mon frère est reparti se coucher dans sa chambre.Le samedi midi, mon père étant parti tôt travailler sur Brignoles, ma mère, ma sœur, mon frère, ma tante, ma cousine et mon cousin étaient tous à poil avcılar escort dans le jardin quand Matthieu est arrivé et a sonné. Ma mère lui a ouvert carrément à poil:— Bonjour, Matthieu! Et bon, maintenant que tu es au courant, on se gêne plus, hein?— Euh, si vous y tenez, pourquoi pas…— Tiens, sois gentil d’aller les poser directement sur la table du jardin.Il est donc sorti et a découvert tout ce monde dénudé, dont mon frère qui lui a fait un petit salut décontracté car ils se connaissent, ayant fréquenté le même collège et Valy qui dans son transat offrait une vue plus que généreuse sur son minou. Puis ma mère l’a ramené dans le hall pour le payer en lui recommandant encore:— Je compte sur toi pour bien garder ça entre nous, n’est-ce pas?— Comme promis, j’en ai parlé à personne, même pas à mes parents.Quand elle a refermé la porte, il a jeté un dernier coup d’œil sur le panorama qu’elle lui offrait avant de s’éclipser avec une belle bosse sur le devant de son pantalon.Enfin, hier a été un grand pas dans les relations familiales. Autour de la piscine se trouvaient mon père, ma mère, mon frère et ma sœur. Il n’y avait bien évidemment plus que des strings sauf mon père en short de bain. Ma sœur avait même enfin osé mettre le sling que je lui avais prêté. Celui avec juste deux bretelles en ficelle tenant deux mini-bouts de lycra qui couvrent à peine les tétines et un troisième ne masquant guère plus que le clito.Elle était affalée dans un transat, en face de ma mère et mon père, tandis que Bru était dans la piscine. Voyant que mon père lorgnait en douce sur son ticket de métro qui dépassait du triangle de tissu, elle a profité du fait que ma mère allait chercher à boire pour se mettre à plat ventre sur sa serviette en s’adressant à mon père:— Tiens, étant donné que les autres sont occupés, tu pourrais me passer l’huile solaire dans le dos?Evidemment, il n’a pas pu refuser, et il s’y est mis gentiment, n’osant pas aller trop loin vers le bas. Elle lui en a fait la remarque:— N’oublie pas mes fesses, elles en ont besoin elles aussi…Comme elle avait les jambes écartées, il ne pouvait ignorer que la ficelle qui lui rentrait dans la fente ne masquait même pas la rondelle sombre de l’anus. Il a toutefois fini par y aller volontiers. Au bout d’un moment elle a abrégé son supplice:— Merci, c’était sympa.Entre-temps, ma mère était déjà revenu dans son transat et regardait d’un air amusé la bosse que mon père essayait de cacher devant son short en revenant s’assoir à côté d’elle. Elle s’est penchée vers lui et lui a murmuré à l’oreille:— Dis donc, mon cochon, tu bandes pour ta fille, on dirait?— Euh… ouais, mais bon… à tripoter ses fesses…— Ne t’excuse pas, je t’en veux pas. La preuve…Elle a envoyé sa main dans le short , a caressé sa bite et l’a décalottée, histoire de la faire durcir au maximum, mais sans la sortir du caleçon. Mon père a protesté:— Eh, mais qu’est-ce que tu fais? Et si on nous voit?— Oh, Bru nous tourne le dos dans la piscine et Sève est sur le ventre. Laisse-toi aller et regarde plutôt le panorama qu’elle t’offre. Au fait, si tu veux vraiment savoir, le triangle ne cache rien de plus que le ticket de métro que tu as aperçu…Elle a continué à le branler et il s’est laissé faire. Il a essayé de faire stopper ma mère quand il a senti qu’il venait, mais elle a accéléré et il a éjaculé dans son caleçon. il s’est levé pour aller mettre de l’ordre dans sa tenue et quand il est revenu de la salle de bains, il avait changé de short. Quand plus tard ma mère a pu leur raconter ce qu’il s’était passé dans leur dos, ils ont convenu qu’il était temps de le mêler aux jeux. Soit ça passait, soit ça cassait…Le soir, ils étaient encore en tenue légère pour regarder un film au salon. Bru a prétendu ne plus être intéressé par le film et il est allé se coucher vers le milieu. Dès le générique de fin, Sève est aussi partie vers sa chambre. C’est là que ma mère a commencé à chauffer mon père. Comme il était en caleçon de bain et en débardeur, il s’est retrouvé avec sa bite sortie dans la main de ma mère qui le branlait. Il a un peu protesté:— Arrête, si on allait plutôt şirinevler escort continuer dans la chambre?— Non, je trouve que c’est excitant, ici, dans le canapé du salon, pas toi?— Euh, oui, mais on risque de se faire surprendre si un des deux revient…— C’est justement ça qui est excitant, le danger!Il s’est rendu et elle l’a aidé à se déshabiller avant de virer son string et de s’agenouiller devant lui pour le sucer. Quand il a été bien parti, elle s’est dégagée:— Attends, j’ai trop envie de pisser. J’y vais vite sinon ça va me gâcher le plaisir. Et ça m’exciterait de savoir que tu continue à te branler en m’attendant.Mon père a commencé à se caresser et elle a attendu qu’il soit bien lancé:— Voilà, c’est ça, ne t’arrête pas, pense à moi… ou à Sève… ou qui tu veux…Elle s’est éclipsée vers les toilettes, mais s’est arrêtée dans le couloir où Sève attendait son tour pour entrer en scène. Elle ont laissé passer juste un peu de temps pour que ça paraisse normal comme absence, puis ma sœur est entrée dans le salon en faisant un peu de bruit pour se signaler. Mon père a jeté un rapide coup d’œil dans son dos, mais comme il faisait noir et qu’elle a la même corpulence que ma mère et une coupe de cheveux similaire, il n’a pas remarqué la différence:— Ça commençait à être un peu long de me branler tout seul, chérie, viens me sucer!Elle a contourné le canapé et s’est agenouillée sans un mot, puis l’a pris en bouche. Entièrement renversé sur le dossier , il n’a toujours pas noté la substitution. Du coup, il a sursauté quand ma mère est arrivée par derrière et lui a dit à l’oreille:— Tu aurais pu m’attendre, mon cochon…Il a alors réalisé que c’était sa fille qui le suçait et s’est défendu:— Euh, je croyais que c’était toi… Sève, qu’est-ce que tu fais… Arrête…Ma mère l’a rassuré en allant flatter sa bite d’une main:— Mais non, laisse-toi aller. Et toi, Sève, sois gentille avec ton père, continue…La séance a repris et ma mère a allumé la lampe sur la desserte en allant s’assoir à côté de mon père pour se branler et lui caresser les couilles en les regardant. Puis ma sœur s’est empalée sur la bite bien raide et a chevauché activement mon père qui était maintenant très content de cette situation.Il était temps d’ajouter un partenaire. Ma mère et ma sœur se sont mise à être très bruyantes dans leurs soupirs, et mon père était trop parti pour leur demander de faire moins de bruit. C’était le moment venu pour Bru, qui attendait à l’entrée du salon. Il s’est avancé jusqu’à eux, la bite à la main:— Eh bien, avec tout le boucan que vous faites, vous m’avez réveillé! Et j’en ai marre de me branler en vous matant. Ma mère l’a aussitôt accaparé en le suçant avant de se faire prendre en levrette sous les yeux de mon père. Quand il a annoncé qu’il venait, ma sœur s’est retirée pour le finir dans sa bouche. Ensuite, ils lui ont offert un spectacle de choix, avec Bru baisant en levrette Sève qui broutait ma mère. Ce qui l’a remis en forme illico. Comme mon frère se dégageait, il est venu prendre sa place. Mais Sève lui a demandé:— Non, change de trou…Il n’en revenait pas, mais il ne s’est pas fait prier pour l’enculer directement pendant que Bru venait se faire sucer par ma mère. Quand ce dernier a tout lâché dans sa bouche, lui aussi à éjaculé dans le cul de ma sœur. Bref, une bonne initiation réussie.Puis est venu le temps des explications et des révélations. Officiellement pour lui, nous avons juste pratiqué un peu de naturisme quand elles sont venues à Barcelo. Il n’est toujours pas au courant des parties de baise entre ma mère, ma sœur, Ju et moi, encore moins de celles avec avec le reste de la famille. C’est mieux de lui garder la surprise pour plus tard. Ils lui ont juste révélé que sa belle-sœur et ses neveu et nièce pratiquaient aussi le naturisme avec eux, ici même et dans leur jardin.Ça l’a un peu contrarié d’être le dernier dans le coup, mais il a été obligé de reconnaitre qu’il était peu réceptif à ce genre de situation il n’y a pas si longtemps encore. Mais il a promis de se ratt****r. Je pense qu’il a surtout hâte de mater ma tante, ma cousine et moi-même dans le jardin, et d’explorer tous mes trous. Déjà ce matin, il a bénéficié d’une pipe de Sève dans la cuisine avant de partir travailler, pendant que mon frère en érection tripotait les fesses de ma mère qui leur préparait le petit-déjeuner.Avec ma mère, nous convenons de continuer à faire croire à mon père que nous ne sommes pas au courant de ce qui vient de lui arriver. Ce sera plus amusant de jouer un peu avec lui.A suivre…

Leave a Reply

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir